Alors, on l’attendait tous sur le Rocher pour le 19 novembre pour célébrer la fête nationale de Monaco, Charlène de Monaco aurait fait poireauter le prince Albert. Elle n’aurait pas encore donné son veto pour son grand comeback. Un immense coup de pression à distance.

En effet, le magazine France Dimanche précise, en avril, après avoir assisté aux funérailles du roi zoulou, la maman de Gabriella et Jacques ne souffrait d’aucune infection ORL, pourtant, elle ne semblait « pas disposée à revenir pour autant ».

Lors d’un entretien accordé au magazine People, le prince Albert de Monaco a rassuré sur l’unité de son couple, en affirmant que sa chère et tendre n’était pas partie « parce qu’elle était en colère contre moi ou contre n’importe qui d’autre ».

Charlène de Monaco aurait mis le cap sur l’Afrique du Sud non seulement pour assister à la cérémonie d’adieu du roi zoulou, mais aussi pour réévaluer le travail de sa fondation.

L’ancienne nageuse voulait également passer « un peu de temps avec son frère et quelques amis », indiquait l’homme de sa vie.

Alors, le voyage de la princesse monégasque ne devait pas durée plus d’une dizaine de jours.

Précisons que ces explications n’ont pas convaincu France Dimanche, qui défraye la chronique sur une horrible crise conjugale.

« Comment expliquer alors que la princesse, arrivée à la mi-mars sur la terre de Nelson Mandela, ait passé plus d’un mois sur place ?

En avril, elle ne souffrait d’aucune infection mais ne semblait pas disposée à revenir pour autant ».