En un an à peine, Charlène de Monaco s’est délestée d’une dizaine de kilos. Une rumeur a même circulé pour la prétendre aux prises avec des troubles alimentaires. La vérité sur son état !

L’épouse du prince Albert est censée faire face à ses vieux démons, et notamment l’anorexie, un mal sournois que Stéphane Bern, observateur avisé des têtes couronnées qualifie de « maladie des princesses ».

Kate Middleton en aurait été victime. Charlène de Monaco ne serait pas dans son cas. La maman de Jacques et Gabriella aurait perdu quelques kilos suite aux conseils de son médecin pour en finir d’un microtraumatisme, supposé avoir atteint l’épaule. Sa pratique intensive de la natation serait en cause. L’eau étant l’élément où elle se sentirait le mieux.

————-

« L’articulation acromio claviculaire, trop sollicitée, peut être l’objet d’une arthrose dégénérative imposant le repos », a précisé un média spécialisé, avant d’évoquer une méthode pour en finir de ses ennuis. Elle aurait suivi un régime sur mesure.

A lire aussi  Jade et Joy Hallyday, forte animosité avec les filles de Jalil Lespert

Les kilos en trop exercent de fortes contraintes sur les articulations. Cela provoque des douleurs supplémentaires et une mauvaise guérison. Et il lui aurait été conseillé de perdre du poids grâce au régime crétois, riche en aliments anti-inflammatoires ».

Gala avait de son côté alimenté l’anorexie de Charlène de Monaco, qui ferait
partie d’une tendance baptisée les Mummyrexics.

Il s’agit de la dernière tendance en matière de trouble de l’alimentation… et de maternité. Elle n’avait pris que quelques kilos lorsqu’elle était enceinte de ses jumeaux.

« Enceinte de 8 mois de jumeaux, Charlène de Monaco affichait des rondeurs quasi discrètes, aussi calibrées que les tomates de supermarché», indiquait l’hebdomadaire people en commentaire d’une photo de l’épouse du prince Albert de Monaco qui était encore très mince à six mois de grossesse.