Albert de Monaco a fendu le masque, et laissé entrevoir une autre facette de lui-même, une facette intime. Le mari de Charlène de Monaco a été touché par un témoignage des doyennes de l’Île Badu sur la princesse Grace, sa regrettée mère.

L’Île Badu est une des îles du détroit de Torrès au Queensland, au nord de l’Australie. Elle est située au nord-ouest de l’Île Moa, et fait partie des Îles du détroit de Torrès.

Le papa de Gabriella et Jacques, qui a annoncé le retour de la princesse Charles dans quelques jours, s’était rendu sur cette ile suite à une invitation de l’artiste australien Alick Tipti, avec lequel il partage la même vision sur la fragilité du monde.

Un documentaire est né de leur rencontre « Alick and Albert », signé Douglas Watkin. Il a été présenté au festival du cinéma des Antipodes de Saint-Tropez.
Une séquence émouvante de ce film est soulignée par le magazine Point de Vue, celle montrant un échange entre le prince Albert de Monaco est les doyennes de la communauté.

Ces dernières ont confessé larmes aux yeux leur attachant à la figure mythique de la princesse Grace, et s’étaient rappelées leur tristesse en apprenant « sa disparition accidentelle ».

« Soudain, visiblement touché par ce témoignage inattendu. L’homme d’État dévoile une facette plus intime. Après un silence trouble, il lance alors : «Ce n’était pas que son apparence, elle était belle à l’intérieur »