Au début de ce mois, le limogeage de l’animateur radio Jean-Jacques Bourdin a suscité une grande polémique auprès des nombreux auditeurs. En effet, Jean-Jacques Bourdin a été « mis à la port » comme un malpropre après avoir réalisé un travail impeccable dans son émission « Bourdin Direct ».

« Il y a de la tristesse, de l’émotion. Mais Jean-Jacques n’aurait jamais arrêté spontanément. Il vit depuis 20 ans avec les auditeurs, avec son équipe, il est très attaché à tout ça… », a précisé un de ses proches. Malgré le principal intéressé n’a pas encore parlé de son limogeage, mais sa femme n’a pas tardé de le faire.

« D’abord rien n’a été dit officiellement de la part de Jean-Jacques et je pense que tout le monde attend qu’il parle. Et on verra bien. On décidera quand ce sera le moment opportun. Mais ce qui est important c’est surtout ce que Jean-Jacques a fait. Vous savez, on est dans un métier où il n’y a pas beaucoup de gratitude, et puis tout le monde a la mémoire courte de tout. », a-t-elle révélé.

Avant de poursuivre : « Et moi je voudrais insister sur quelque chose, c’est que, on lit ici et là des rumeurs, il y a des sources, lâchement anonymes bien sûr, qui viennent de la direction de l’entreprise qui disent ceci, qui disent cela ».

Par ailleurs, Jean-Jacques Bourdin est revenu récemment sur une interview politique qui l’a fortement dévastée et qu’il l’a marqué à vie. Ce jour-là, il avait interrogé l’ex ministre Jérôme Cahuzac, présumé de fraudeur fiscale.

« Les yeux dans les yeux, est-ce que vous avez un compte en Suisse ? » lui avait questionné, à l’époque, l’animateur radio. Jérôme Cahuzac ne s’est pas défilé et lui avait lâché : « Je n’ai pas et je n’ai jamais eu de compte en Suisse. À aucun moment et la réponse apportée aux autorités françaises par la Suisse permettra, je l’espère, d’en finir avec ces saletés ».

Après quelques années, l’animateur reste toujours traumatisé par cette entrevue. « Il n’y avait pas de question piège. C’était oui ou non, c’était il mentait ou il ne mentait pas. Et il a menti. J’ai été, après l’interview, un peu déstabilisé parce que je me suis dit : ‘Il dit la vérité, ce n’est pas possible. Il ne peut pas, comme ça, devant des millions de personnes, il ne peut pas…’ », a-t-il révélé.