Gérard Depardieu fait des révélations dans Le Point, dans le cadre de la parution de son ouvrage « Ailleurs ». En effet, le confinement, la religion, la politique sont des thèmes exploités dans ce bouquin. Cependant, son opinion semble se rapprocher de celle de Nicolas Bedos, qui vient de lancer un appel à la désobéissance contre les mesures sanitaires prises afin d’endiguer le Covid-19.

En effet, Gérard Depardieu ne lance pas d’appel, mais accepte ne pas craindre de ce terrible virus
« La sauvagerie du confinement, c’est que les politiques ne savent pas où ils ne sont ni ce qu’est cette putain de Covid. Il y a eu un paquet d’âneries de dites depuis mars », a-t-il lâché, avant d’accentuer sa haine des politiques pour la simple raison qu’il a peur qu’on s’occupe de lui.

Pourtant, il continue d’appliquer les gestes.

« Mais on nous prend pour des enfants », a poursuivi celui qui ne veut pas aller à la rencontre du président de la république Emmanuel Macron.

« Quand je vois que les Français seraient favorables au rétablissement de la peine de mort. Ils sont tapés », a-t-il par ailleurs lâché.

Durant cette entrevue Gérard Depardieu a critiqué les Français de ne pas avoir l’habitude de lire de romans, mais plutôt des livres de développement personnel.

« Pas seulement les Français ! Tous les Occidentaux. ‘Rester positif, c’est l’obsession » de notre époque. Nous sommes dans une merde terrible », précisé Gérard Depardieu.