De son isolement avec Benoît Di Sabatino à Saint-Cloud, en région parisienne, Mylène Farmer l’évoque dans les colonnes du « Parisien ».

En effet, elle la confirme consoler, même s’elle a reçu quelques visiteurs de trop. Elle parle d’une expérience pénible.

En effet, la chanteuse de 59 ans a livré des confidences dans les colonnes du Parisien, à l’occasion de la présentation de son documentaire « l’Ultime création », diffusé cette semaine sur Amazon Prime Video.

Et c’est une belle occasion de retracer sur sa carrière, sur ses projets, et même de révéler une autre face de sa notabilité.
En fait, une question sur le confinement lui a été aussi posée, et elle ne l’a pas esquivée.

« J’ai fait un stock de boîtes hermétiques de rangement pour la nourriture car j’ai accueilli une famille de souris voraces », a-t-elle blagué.

« Je me suis occupée de mes animaux… J’ai patienté comme tout le monde. Bien entendu, je suis consciente que les conditions de mon confinement m’ont permis de trouver le temps moins long que d’autres », a accepté celle qui serait installée avec sa dulcinée dans un logis de maitre de 600m2, sur les hauteurs de Saint-Cloud. Elle serait limitrophe de Jean Dujardin.

« L’atteinte à la liberté n’en reste pas moins une expérience douloureuse, même si elle est nécessaire pour des raisons sanitaires », a-t-elle avoué.