Tandis qu’une rumeur la soupçonne d’avoir une liaison avec Benoît D, Mylène Farmer surprend la galerie.

La chanteuse à la « timidité existentielle » s’est livré dans les colonnes du Parisien. Particulièrement le fait qu’elle est « célibataire », contredisant ainsi la rumeur qui la dit en couple avec Benoît D. Cet entretien, c’est à l’occasion de la sortie de son documentaire Ultime Création sur Amazon Prime Vidéo qu’elle l’accordait.

La compositrice s’est confiée au sujet de sa vie sentimentale, ses craintes et autres domaines de sa vie. Dans le documentaire qui revient sur ses concerts dans la salle Paris La Défense Arena en juin dernier, elle confiait au sujet de ses craintes : « Je m’abandonne parce que je n’ai plus peur d’être abandonnée ». Mylène Farmer indique que « la peur de l’abandon » l’aurait consumé dans le passé.

« Cela me renvoie à un cauchemar récurrent. J’arrive en scène et la salle est vide. La peur viscérale de l’abandon existe chez moi depuis mon enfance », a-t-elle indiqué. Le cinquantenaire a également livré avoir peur de « la maladie », « la mort des gens que j’aime », qui d’après elle est synonyme « d’abandon ultime ».

la chanteuse a également évoqué son attitude réservée. « Quelqu’un de proche dit souvent de moi que je suis le loup, celui qui vit au fond des bois, et quand l’heure de monter sur scène arrive, je deviens loup-garou. Mais je ne suis pas consciente de ce double mouvement », a-t-elle d’après qui les nouvelles générations vont de pire en pire.

« Je pense qu’aujourd’hui c’est un désenchantement bien plus réel et plus douloureux. J’ai l’impression que plus les années passent, plus ce monde ne nous offre plus l’espoir d’un ré enchantement », remarquait l’artiste qui, quant à sa vie sentimentale, préfère souvent garder le silence. En effet, dans cet entretien, elle a néanmoins accepté de s’ouvrir sur le sujet.

La chanteuse a livré être « célibataire ». Revenant sur un fait passé qui se déroula en 1996, lorsqu’elle embrassa une danseuse, elle a regretté le manque de liberté de cette époque. Pour la chanteuse, « tout est exposé, scruté, commenté parfois sans filtre ou respect de la personne… ». « La transparence est un diktat. Vivre librement sa sexualité ne devrait malheureusement plus être un sujet », a-t-elle ajouté.