La covid-19 a causé des dégâts énormes sur son passage depuis son apparition en Chine il y a juste quelques mois. En effet, la crise sanitaire a amené l’ensemble des pays du monde à arrêter des mesures drastiques afin d’enrayer la propagation de cette maladie. Le confinement et le respect des gestes barrières ont été les mesures les plus usées afin de couper la chaîne de transmission de cette épidémie dangereuse.

Par malheur, en plus des répercutions sur le plan sanitaire, le covid-19 a déclenchée une vraie crise économique. En effet, plusieurs entreprises ont été obligées de fermer leurs portes. Beaucoup des domaines n’ont pas été épargnés. C’est le cas surtout du secteur de la restauration, ou encore du divertissement qui ont été sévèrement sévit par la crise sanitaire.

Alors, dans ce contexte très délicat, le fils de Michel Sardou, a décidé de lancer un cri de détresse. En effet, celui qui est un comédien virtuose, récompensé à plusieurs reprises, s’est retrouvé chômeur du jour au lendemain et comme il n’est pas intermittent du spectacle, il ne peut recevoir aide financière.

« Et sinon pour les artistes (qui ne sont pas intermittents comme moi), on fait comment ? Sans tournage, sans théâtre, sans festival, sans aide et avec toujours les mêmes charges à payer », a-t-il livré sur Instagram. Pour Davy Sardou, il n’est pas souhaitable de demander une aide financière à son illustre père. En fait, il veut à tout prix se battre par ses propres moyens.

Célèbre pour ses coups gueules, Michel Sardou, est sortie de son silence pour commenter l’actualité sanitaire. En effet, il a aussi précisé qu’il était très angoissé pour son fils, qui passerait une période très délicate en raison de cette épidémie, qui a sévit le monde entier « Le pauvre, il en bave. Il gagne très peu, il continue, il fait des lectures … », a déclaré le chanteur et comédien retraité.

Face au malheur de certains comédiens, qui n’étaient pas considérés comme des intermittents du spectacle, le gouvernement a jugé bon de mettre en place une aide d’urgence pour limiter au maximum les situations précaires. « Ce dispositif spécifique pour accompagner, le secteur des arts, de la culture, du confinement prolongé, permettra de bénéficier d’une sécurité complémentaire », avait déclaré en Avril, Franck Riester, qui était encore ministre de la culture.