Une nouvelle rumeur, qui correspond à une supposée infidélité du prince William, faisant état d’un divorce, courre.

Les Cambridge devraient honorer très bientôt à l’invitation de la reine Elisabeth II qui les attend dans son domaine de Balmoral où d’autres membres de la famille royale ont déjà passé quelques jours. A peine, voilà que le mari de Kate Middleton fait de nouveau régalé le magazine people, Clooser, qui confirme que le prince aurait trompé son épouse.

« Kate Middleton, William, le divorce, il la trompe avec un membre de la famille royale », explique le magazine dont l’information est à considérer avec prudence. Il y a quelques années une même rumeur avait déshonoré le prince Charles. Paul Burrell, ancien majordome du prince, a déclaré que ce dernier avait été « surpris en fâcheuse posture par la regrettée princesse Diana », commente le site LeGossip.

Le majordome confirmait par ailleurs avoir en sa possession une « preuve accablante ». Mais il ne peut pas l’utilisé car la famille royale signala le « vol de 2000 objets personnels » dans l’appartement de la princesse Diana et porta pleinte. L’ancien employé de la princesse manqua de peu la prison ferme.

Il serait l’homme à qui elle confiait « ses bonheurs et ses chagrins ». « C’est lui qui ramassait les morceaux de vaisselle brisée qui jonchaient le sol de la salle à manger à Kensington Palace, quand l’héritier du trône daignait rendre visite à son épouse. C’est lui qui, dans la plus grande discrétion, organisait les rendez-vous galants de la princesse, l’accompagnait dans ses combats humanitaires, et dans son combat de femme », lit-on en résumé de Confidences royales : les vérités jamais révélées sur Diana.

A la parution de l’ouvrage de Paul Burell aux éditions Lafon en 2003. L’ancien majordome affirme que « certains ne lui pardonnent pas le soutien et la tendresse indéfectibles qu’il continue de lui vouer. Au point qu’il a fallu une intervention in extremis de la reine pour déjouer une machination fomentée contre lui par des pouvoirs occultes, contre lesquels Élisabeth elle-même l’avait mis en garde ».

D’après le magazine Gala, les Cambridge auraient une demeure jusque-là cachée à Balmoral, pas loin du château de la reine Elisabeth dans la même région. « Depuis le début des années 2000, alors qu’ils étaient encore étudiants à l’université Saint Andrews, non loin de là, les époux de Cambridge sont, en effet, les propriétaires du cottage Tam-na Ghar », révèle la publication.