Le vibrant appel lancé par David Hallyday, auquel a rétorqué Stéphanie de Monaco a été suivi par un célèbre journaliste, en l’occurrence d’Hugo Clément.

En effet, le chanteur de 53 ans dont le nouvel album sera lancé aux fans en décembre prochain s’est associé à l’association PETA afin de lutter contre les violences que subissent les animaux dans les cirques.

« Comme les éléphants, les tigres, les lions, les chevaux, les chiens, tous les animaux utilisés dans les cirques passent leur vie au bout d’une chaîne ou dans une cage… Les dompteurs utilisent des fouets, des chaînes et d’autres outils pour forcer les animaux à exécuter les numéros », avait-il annoncé, avant de confirmer que ses animaux sont arrachés à leurs familles avant d’être sevrés.

« Ces méthodes sont les mêmes partout dans le monde. Dans les cirques, les animaux n’ont pas le choix », avait-il ajouté.

Il sied de rappeler que Stéphane de Monaco, patronne du festival international du cirque de Monte-Carlo, avait déjà rejeté ces bruits. Rappelons par ailleurs que David Hallyday est l’un de « ses sujets ». Il possède en effet la nationalité monégasque.

« Quand je dis que les animaux ne sont plus prélevés dans la nature, écoutez-moi, ce ne sont pas des blagues, regardez les lois, lançait-elle. C’est fini l’époque des vieilles gravures avec la chaise et le fouet qu’on fait claquer ».

Une chose est certaine, dans cette lutte contre l’exploitation des animaux, David Hallyday peut s’appuyer sur Hugo Clément, comme l’indique « France Dimanche » dans sa parution datée du 24 juillet.

D’ailleurs, il a rejeté l’idée de prendre part à certaines épreuves de Fort Boyard qui mettent en scène des animaux.

« Je refuse de participer à des épreuves qui impliquent tigres, incestes ou reptiles », a-t-il commente. Je n’ai pas encore de m’amuser avec des animaux captifs à qui l’on ne demande pas leur avis ».