Un chanteur aurait fait couler les larmes de Laura qui se réjoui des derniers moments de sa grossesse.

L’actrice serait toujours à Cap Ferret où elle savourerait les derniers instants de sa grossesse. Et dans le cadre de la promotion de la mini-série de France 2, La Garçonne, dont la diffusion commence d’ici peu, Laura Smet a accepté de se livrer un peu plus la concernant. Elle a particulièrement révélé avoir versé quelques larmes en écoutant un titre de Grand-Corps Malade, un de ses anciens associés.

L’actrice à l’affiche du programme qui commence le 31 août, confirme avoir également apprécié le film de ce dernier intitulé Patients. «Son producteur, qui est un ami, m’a parlé du duo qu’il voulait former avec moi pour son nouvel album, Mesdames», a indiqué Laura Smet qui va bientôt mettre au monde son premier enfant.

Un nouveau projet auquel l’actrice n’a pas bien évidemment pu résister. «Un verre à la main avec une voix témoin et j’ai eu un coup de cœur», a-t-elle d’abord dit. «Nous avons donc enregistré le duo et Grand Corps Malade m’a proposé de réaliser le clip, ce qui est génial car avec lui tout est simple», poursuit Laura Smet.

L’actrice s’est aussi confiée dans les colonnes de Elle au sujet sa famille, particulièrement ses grands-parents dont les métiers lui ont été utiles, dit-elle, pour son interprétation dans La Garçonne. Celle qui est porté en ce moment par «un élan famille et écriture», et s’est plongée dans la rédaction de son premier film, a indiqué s’être servi de ses souvenirs de famille pour interpréter correctement son personnage.

Pour cette scène de La Garçonne principalement où elle doit se mettre nue pour poser pour un peintre. « Petite, je voyais les modèles se mettre nues, j’étais hallucinées, mais c’était leur métier (…) Ma grand-mère maternelle et mon grand-père paternel étaient tous les deux peintres », a-t-elle expliqué dans le magazine, paru ce vendredi 28 août.

« Mon père était quelqu’un qui brûlait sa vie par tous les bouts. Il buvait comme un trou, ne dormait jamais. Je ne l’ai pas très bien connu », confirmait Johnny Hallyday à propos de son père mort en 1989. Le chanteur regrettait de « ne pas avoir mené sa carrière avec Léon Smet à ses côtés ». Mais ce dernier faisait preuve de moins de sensibilité. « Il mène sa vie, il a brillamment réussi, je lui souhaite tout le bonheur, mais à part ça je m’en fous ! », avait révélé le père du rockeur peu de temps avant sa mort.