Après avoir perdu son père il y a de cela quelques semaines, le réalisateur est de nouveau aux prises avec une déchirante séparation.

Et cette fois, c’est sa marraine dont Nicolas Bedos est séparé brutalement. Un être cher qu’il ne verra plus.

Gisèle Halimi, avocate, s’est éteinte à l’âge de 93 ans. Sur Instagram, le comédien et réalisateur lui a rendu hommage. « Ma marraine adorée, quelle vie que la tienne ! Les femmes te doivent tant ! La société te doit beaucoup.

Et moi je te dois trop », a-t-il publié. « Nos mercredis m’ont tout appris. J’ai eu tellement de chance. Cette année vient du diable, je la hais comme je t’aime », a-t-il ajouté dans son post.

En fait, il y a quelques semaines, Nicolas Bedos venait d’enterrer son père Guy Bedos qui, d’après les révélations de la chronique de sa fille relayée dans la presse, s’était laissé aller. À ce jour le réalisateur doit affronter cette nouvelle séparation. En effet, désignée comme la voix des femmes, Gisèle Halimi « s’est éteinte dans la sérénité, à Paris », a révélé son fils Emmanuel Faux à l’AFP.

En effet, plusieurs célébrités lui ont également rendu un vibrant hommage. « Je suis très triste de cette disparition. J’ai ­rencontré Gisèle Halimi en 1998 (…) Elle était déjà très célèbre, ­toutes les ­femmes lui doivent beaucoup, même encore ­aujourd’hui. C’était une pionnière. Gisèle Halimi était très humaine et très à l’écoute, ­accessible », le témoignage de la politologue Susan George.

«J’ai connu Gisèle Halimi dans les années 50, elle était déjà engagée et, avec d’autres, je me suis engagé à ses côtés au moment de la guerre d’Algérie (…) Je l’ai côtoyée ensuite dans de nombreux combats, le droit à l’avortement, la reconnaissance du caractère du viol qui existait mais qui était mal défini, et puis elle a été avec moi, très peu de temps, l’avocate de Libé quand Sartre était directeur de publication », avait rappelé pour sa part Me Henri Leclerc. L’avocat a par ailleurs révélé que « c’était une avocate engagée, qui plaidait fortement et intelligemment, qui n’a jamais été dans les excès de la défense de rupture : elle avait un discours à la fois très fort et très proportionné ».