Le journaliste star Jean-Pierre Pernaut a suscité plusieurs réactions dans la presse ces derniers jours.

D’ailleurs, certains magazines ont évoqué son limogeage de TF1 après plus de trente deux ans de carrière sur le petit écran. Alors son succéder serait son célèbre joker, Jacques Legros, qui a tiré son épingle du jeu durant le confinement.

Malgré sa régularité active sur la Toile, Jean-Pierre Pernaut n’a pas réagi à ce sujet. Puisqu’il est question d’une rumeur peu crédible, qui n’est pas confortée par des preuves…

Par ailleurs, le magazine people France Dimanche a réservé tout un dossier dans sa dernière parution sur le journaliste vedette de TF1 et livre de très mauvaises nouvelles. En réalité, cela a trait avec son fils Tom, tiré de son couple avec Nathalie Marquay. Alors, celui-ci serait aux urgences, selon la publication.

En effet, leur fils Tom âgé de 16 ans, est un amoureux fou d’automobiles et de courses. Pour preuve, il vit à fond sa passion et remporte régulièrement de nombreux trophée, pour le plus grand bonheur de ses parents et notamment de son père.

Néanmoins, il y a quelques jours cet enfant a eu de terribles douleurs abdominales en plein nuit. Puisqu’il a eu vraiment mal, il prend alors l’initiative de réveiller ses parents qui l’achement soudainement aux urgences de leur lieu de vacances situé dans le Var.

« J’ai une torsion testiculaire, en gros ma boule est en feu et ça fait super mal », a-t-il exprimé sur les réseaux sociaux. Avant de poursuivre : « Du coup je vais aller à l’hôpital (…), je vais réveiller la madre, elle va m’emmener et je vais sûrement me faire opérer des couilles. Ils disent que si au bout de six heures tu n’as rien fait, ta boule meurt, et là ça fait déjà trois heures ».

En réalité, si le traitement avait tardé les lésions pouvaient être irréversibles. Cependant, à son arrivée à l’hôpital, Tom a été rapidement pris en charge par une équipe médicale. Dieu merci, il ne s’agissait pas d’une intervention chirurgicale. Alors, le problème a fini par se résoudre de lui même. Au finish, il y a plus de peur que de mal pour Tom.