Julien Doré, propulsé dans sa carrière par Nouvelle Star vient de lancer sur le marché de disque son cinquième opus titré Aimée. En effet, dans ce dernier, il change apparemment la cadence. Célèbre pour ses singles amoureux, il s’est cette fois-ci focalisé sur les affaires de la planète. Ce virage serait aussi d’actualité dans sa vie privée. En effet, son déménagement pour les Cévennes, sa région d’origine, l’affirme…

En effet, il y a accueilli Paris Match et en dire plus sur ce nouveau détour de sa vie. En fait, Julien Doré révèle que son « silence radio » était dû à sa décision de « changer de vie ». Alors il a quitté Paris pour habiter dans sa ville natale au Sud de la France. Il confie avoir voulu concrétiser tous ses rêves, qu’il avait écrits sur un bout de papier.

En fait, la musique l’avait permis à accomplir la majorité, mais il en restait quelques uns. Surtout le fait de « changer de vie ». En fait, l’homme de 38 ans confirme n’avoir à ce jour aucun regret. « Me réveiller chaque matin à l’endroit où je suis née c’est voir la vie sous un autre prisme », apaise-t-il. « Je mesure la chance que j’ai eue depuis treize ans de vivre des trucs complètement fous, à commencer par Nouvelle Star ».

« Cette montée en puissance a été une incroyable aventure… Parce que j’ai goûté à mes rêves », déclaré-t-il. La vie à Paris, les concerts et autres activités étaient « super » mais ses désirs « ont changé ». Julien Doré se voit maintenant faire les choses telles qu’il le souhaite et même « disparaître » des caméras s’il le souhaite.

Avec son nouvel album Aimée, l’artiste déplore l’état actuel de la planète avec une pointe d’humour. « Depuis trois ans, on a été emportés par une planète qui a soudainement changé, où tout s’est accéléré », révèle-t-il au cours de l’entrevue. L’objectif de cet album est d’interpeller les hommes à voir l’étendue des répercussions présentes dans le monde et aussi « de voir ce que l’on va transmettre à la génération qui arrive ».

Par ailleurs, dans Aimée, Julien Doré veut passer un message d’espoir. « J’ai envie de croire que tout va être beau demain », confirme-t-il. « Oui, ‘on a cassé le monde’, mais j’ajoute aussi «’on a le dernier ticket’ », confie-t-il. Ce dernier ticket d’après lui, serait la persévérance et les efforts dans l’objectif de s’en tirer de cette situation.