Jacques Dutronc, qui est resté très discret ces derniers mois depuis son retrait médiatique, vivrait très mal la maladie de son épouse, Françoise Hardy. La célèbre chanteuse, est confrontée depuis 2004 à un terrible cancer, qui lui fait vivre un enfer. Aujourd’hui, les gestes de la vie quotidienne sont devenues très compliqués.

Mon état empire de jour en jour. Expliquer pour la énième fois les problèmes qui me gâchent la vie serait fastidieux pour tout le monde. Les rayons ont brûlé mes glandes salivaires. Toute la zone ORL n’est pas assez irriguée. Vivre sans salive, avec toute la tête asséchée, frise le cauchemar », a indiqué la mère de Thomas Dutronc.

Avant de poursuivre : « Ces problèmes me confinaient d’ores et déjà. Mais j’ai la chance d’avoir des amis très dévoués, surtout mon ami Marc Maréchal qui a continué à m’apporter les produits alimentaires frais dont j’avais besoin chaque semaine. Je souffre de pics fréquents lors des détresses respiratoires ou hémorragiques ».

Jacques Dutronc, est d’un grand soutien pour sa femme. Le couple vit une relation atypique. En effet, ils son toujours mariés mais vivent séparés depuis plusieurs années. Françoise Hardy a fait le choix de rester dans son appartement parisien, quant à Jacques Dutronc, il vit avec sa nouvelle compagne en Corse. Cette dernière a parfaitement accepté la situation.

Récemment, l’ami de longue date de Johnny Hallyday s’est confié sur son nouveau quotidien de retraité. « Les journées d’hiver sont parfois longues. Je ne suis pas un solitaire, contrairement à l’image qu’on me donne, j’aime bien voir du monde. Le confinement n’a pas été difficile car cela fait dix ans que je suis confiné ici à Monticello », a-t-il avoué.

Toutefois, le père de Thomas est resté silencieux sur la maladie qui l’a touché. C’est sa femme, Françoise Hardy, qui a brisé le silence récemment. « Jacques a eu un sérieux problème fin 2020 et il a dû subir une opération chirurgicale importante, Nous étions très inquiets. Nous sommes toujours inquiets l’un pour l’autre. Il sait que je ne voudrais surtout pas mourir après lui, car je ne supporterais pas qu’il disparaisse. Avec Jacques, nous nous écrivons au moins un petit mot par jour », a-t-elle indiqué.