Françoise Hardy, née en 1944 à Paris, était la fille d’une belle jeune femme de la classe ouvrière et de son amant beaucoup plus âgé et riche. La chanteuse Hardy examine ce que cela signifiait de devenir célèbre à 17 ans et ce que cela fait d’avoir été une icône en France pendant près de six décennies.

Le critique littéraire Bernard Pivot a qualifié le livre de « confession à la fois douloureuse et vivifiante». Il s’agit d’un récit impitoyablement honnête des succès et des échecs de Mme Hardy.

 Elle a appris qu’elle avait eu un cancer lymphatique en 2004; sa santé a décliné; et, en 2016, elle a été placée dans un coma dont les médecins pensaient qu’elle ne se réveillerait jamais.

View this post on Instagram

#francoisehardy & #CharlesAznavour in 2006

A post shared by Françoise Hardy (@francoisehardyfans) on

Son fils a déclaré : « J’ai essayé d’aller voir ma mère, mais elle avait un peu de température et pas une grosse santé donc j’ai préféré attendre un peu. Pour ma mère, on est tous un peu inquiets pour elle. Elle est en rémission après avoir subi des radiothérapies et des chimiothérapies. Elle fait partie des personnes à risques. On lui dit de faire très attention et elle le fait ».

France Dimanche a publié par rapport à son sujet : « Celle qui a déjà terrassé un cancer du système lymphatique et un cancer du larynx, souffrirait des conséquences de son traitement ».

Tout en ajoutant que : « la chanteuse a subi 35 séances de radiothérapie pour la gorge et 190 au niveau de la tête ».

La chanteuse reçoit un traitement très intense, ce nouveau traitement, a des effets secondaires très graves. Malheureusement, Françoise Hardy n’a plus de cheveux à cause de cette procédure douloureuse.

View this post on Instagram

#francoisehardy

A post shared by Françoise Hardy (@francoisehardyfans) on

France Dimanche indique que : « La star est également confrontée à des problèmes de salive, faisant de son alimentation le premier et insoluble sujet de sa survie ».

Le Parisien a déjà publié une interview avec la fameuse chanteuse qui a annoncé : « J’ai toujours une épée de Damoclès au-dessus de ma tête, mais bizarrement, j’arrive à ne pas y penser ».

La chanteuse de 75 ans a décrit son expérience en disant : « Le pire, c’est que je suis passée à côté de la mort dont je rêvais. Si ma vie doit être ainsi désormais, je préfère mourir. Et si possible dans mon sommeil ».

Elle pense que sa condition actuelle est : « une étape vers autre chose, plus paisible ».

View this post on Instagram

#francoisehardy avec #carolebouquet

A post shared by Françoise Hardy (@francoisehardyfans) on