C’est une étrange histoire qui a été relatée pendant l’émission phare de la chaîne télévisée C8, Touche pas à mon poste, animée par le non moins fameux présentateur Cyril Hanouna !

En effet, ce dernier y avait pour le coup reçu, entre autres, le paparazzi Sébastien Valiela, qui est peut-être inconnu mais qui dans le milieu médiatique français fait figure de référence…

En fait, ce dernier est ainsi à la base, surtout, de la révélation auprès du grand public de Mazarine Pingeot, fille du Président de la République François Mitterrand, mais aussi de la confidence de la relation dissimulée entre François Hollande et Julie Gayet pendant son mandat comme Président de la République et alors même qu’il maintenait une liaison avec la journaliste Valérie Trierweiler. Un scoop qui avait alors déclenché une pluie de réactions de la part du monde politique et du peuple français, et qui avait touché toute la fin de son mandat après avoir mis fin à sa liaison de nombreuses années avec la journaliste de Paris Match.

Par ailleurs, la riposte de cet ogre de la politique de ne s’est pas fait tarder, et, le peu que l’on puisse dire, c’est qu’elle a été à la hauteur du scoop dévoilé par le paparazzi français. En effet, l’ancien Président de la République Française aurait usé de ses liaisons et de sa position de Chef de l’État afin de se venger de l’avanie que lui avait provoqué Sébastien Valiela.

Pour cause, ce dernier a été narré dans la fameuse émission de la TNT Touche pas à mon poste comme ayant été la cible d’un contrôle fiscal ciblé commandité par l’ex-Chef d’Etat : « Après avoir sorti le scoop François Hollande-Julie Gayet, Sébastien Valiela avait fait l’objet d’un contrôle fiscal ». Cette info, toujours d’après les dires de l’émission, aurait d’ailleurs été affirmée par la contrôleuse des impôts. Néanmoins, cette annonce n’avait jamais stupéfait le paparazzi français « Quand on lève un énorme lièvre comme le truc Hollande-Gayet, ça a des prolongements », avant de poursuivre « Des photographes américains m’ont dit que, chez eux, le président aurait démissionné et que j’aurais reçu le prix Pulitzer ! ».

malgré que la qualité journalistique de cette information soit encore à montrer, sans doute qu’une telle information people aurait certainement mérité, comme récompense, autre chose qu’un contrôle fiscal !