En réponse à l’inflation, les enseignes de la grande distribution développent des stratégies pour alléger la note. Lidl choisit de réduire ses marges. Michel Biero, le directeur exécutif a indiqué sur Europe 1, souhaiter «?faire tampon?» entre les marques et les consommateurs.

Pour limiter l’impact de la hausse des prix, Lidl va réduire ses marges. Michel Biero, directeur exécutif de l’entreprise de hard discount en France, l’a annoncé ce mardi 19 octobre sur Europe 1. Si plusieurs enseignes ont décidé de limiter leurs marges sur les carburants, Lidl applique la formule sur d’autres produits. «?On fait tampon?», a résumé le responsable avant de détailler l’opération.

«?Faire tampon, ça veut dire que l’on réduit nos marges. On ne répercute pas l’intégralité de la hausse des matières premières sur le prix de vente consommateur, a-t-il précisé. Si je prends une augmentation de 20 centimes sur un paquet de pâtes au prix d’achat, je ne répercuterai pas les 20 centimes sur le prix de vente. Mais peut-être que 12, 13, ou 15 centimes.?»

«?Les négociations à venir vont être assez tendues?»

Toutefois, tous les produits ne seront pas concernés de la même façon. «?Quelques produits, comme les pâtes, le café ou les conserves, vont augmenter un petit peu, mais c’est limité. Ce qui est certain, c’est que les négociations à venir vont être assez tendues?: tous les industriels s’engouffrent dans la brèche.?»

De son côté, le gouvernement doit annoncer d’ici la fin de semaine les mesures visant à compenser la flambée des prix du carburant. L’option d’un chèque carburant attribué aux foyers modestes semble aujourd’hui tenir la corde.