En cinq ans de bataille contre le cancer, et de nombreuses années de démêlées avec ses créanciers, Bernard Tapie aurait sans doute eu le temps de mettre à l’abri du besoin sa femme depuis plus de 40 ans et ses enfants. Ses fans en sont convaincus.

France Dimanche s’est interrogé sur la situation actuelle de Dominique Tapie et les autres héritiers du regretté homme d’affaires emporté des suites d’un cancer généralisé à l’âge de 78 ans.

« Sans Bernard à ses côtés, la vie de Dominique est bouleversée. Certes,
il lui reste ses enfants mais, privée de celui qui fut son phare pendant tant
d’années, que va-t-il advenir de cette veuve dont l’époux était toujours dans
la tourmente à cause de l’affaire du Crédit lyonnais ? Devra-t-elle endosser
ses dettes et ses innombrables démêlés avec la justice ».

« La vente des lieux à François Pinault cet été pour 80 millions d’euros, immédiatement récupérés par les liquidateurs judiciaires des sociétés de Bernard Tapie, prive définitivement Dominique de son domicile parisien », a précisé l’hebdomadaire. « Espérons que Bernard a bien pris ses dispositions
pour que sa veuve ne se retrouve pas sans toit ».

Un commentaire publié sur le site de France Télévision semble résumer le sentiment général. Si Bernard Tapie semblait serein même durant les mois de sa vie, c’est que sa famille en particulier sa femme, qui a été son pilier ces dernières décennies.

A lire aussi  The Weeknd en mode séduction, Angelina Jolie enfin prête à l’amour

« Rusé comme il est et si protecteur pour sa famille, on se doute bien qu’il les a mis à l’abri des démêlés judiciaires de succession. Je ne me fais pas de soucis pour leur avenir. Rien à voir avec ce qui sera déballé publiquement », est-il commenté, un propos largement partagé.

La succession puisque le patrimoine de Bernard Tapie était évalué en 2020, alors que ses dettes s’élèvent à quelque 400 millions d’euros.
France Dimanche.

Bernard Tapie confirmait sur TF1 avoir pris ses dispositions.

« Je n’ai conçu ma vie que pour eux. Dès que j’ai gagné trois sous, c’était pour eux. J’ai toujours vécu avec mes enfants. Et maintenant qu’ils sont grands, je vis avec mes petits-enfants », disait celui qui sera enterré à Marseille. « À ma mort, il n’y aura pas de loup. Nos enfants sont la plus belle chose que la vie nous ait permis d’avoir avec Dominique ».