Denis Brogniart, stupéfait par la décision ferme de Jean-Pierre Pernaut de se retirer du journal qu’il présente depuis 32 ans, a fait un commentaire.

En effet, c’est sur la toile que Jean-Pierre Pernaut a révélé la surprenante nouvelle à propos de son retrait du JT de 13 heures de TF1 avant la fin de l’année 2020. Des l’annonce de la nouvelle, plusieurs personnalités ont réagi à ce sujet, dont Denis Brogniart. Sur Instagram, le présentateur de Koh-Lanta a publié quelques mots à l’adresse de celui que l’on a baptisé le pape du JT.

« Surpris par ta décision Jean-Pierre de quitter la présentation du journal de 13h à la fin de l’année. Mais heureux que tu choisisses le moment de ton départ, c’est le rêve de tous », a-t-il écrit dans un premier temps. Avant d’ajouter : « tu es le meilleur, tu as inventé ton journal et tu es le seul, tu le présente sans prompteur et tu es encore le seul, tu réalises des audiences incroyables d’un autre temps et cela fait 33 ans et tu es toujours le seul », a poursuivi Denis Brogniart.

« Je n’oublie pas que tu as toujours été d’une prévenance et d’une bienveillance si réconfortantes avec moi depuis plus de 29 ans. Bon vent mon ami toujours dans le groupe ! Et ça c’est l’essentiel », concluait l’animateur de Koh-Lanta. Pour l’instant, la question que tout le monde se pose est de savoir qui sera le successeur de Jean-Pierre Pernaut au JT du 13 Heures de TF1.

Il faut dire que c’est un véritable casse-tête pour l’actuel directeur de l’information de TF1, Thierry Thuillier. « La mission de Thierry Thuillier est très difficile », a déclaré avec sérieux Catherine Nayl qui fut directrice de l’information de TF1 entre 2009 et 2017. « Avoir un jour à choisir un successeur à Jean-Pierre était ma hantise quand j’étais à TF1. Je lui disais régulièrement d’attendre que je sois partie pour s’en aller », a-t-elle blagué.

« La décision est d’autant plus difficile que personne ne s’impose comme un successeur naturel », a indiqué Le Parisien pour qui Thierry Thuillier peut soit « nommer un journaliste qui se glisse parfaitement dans les pas de JPP ou, plus dangereux, prendre l’antithèse parfaite et tout chambouler, au risque de perdre les 6 millions d’habitués du journal de la mi-journée ».