Si Charlotte Casiraghi dont le mari Dimitri Rassam est producteur, est supposée n’avoir jamais été intéressée par le cinéma en tant que comédienne, c’est en partie à cause de sa grand-mère, la princesse Grace.

Même si la princesse Grace est une star hollywoodienne, elle n’aurait cependant jamais supporté ce milieu, et jamais réellement trouvée sa place.
Les autres membres de la famille princière seraient donc tous d’une certaine manière « allergique » à ce milieu, croit savoir Sophie Adriansen, « Une Américaine à Monaco ».

« Grace ne s’était jamais trouvée à sa place dans ce milieu où régnaient la cruauté et la vanité, l’arrivisme et l’ingratitude, où l’alcool et les attachements éphémères régentaient les rapports humains », précise l’auteure, précisant que même si l’illustre grand-mère de Charlotte Casiraghi en avait certes pris son parti, en même temps que sa part du gâteau », elle s’était toujours sentie « étrangère sur une terre qu’elle avait pourtant désirée si fort ».

A lire aussi  Jean-Jacques Goldman retranché à Marseille – révélation sur sa femme Nathalie, mère de ses enfants

Charlotte Casiraghi qui s’estime trop timide pour se lancer dans une carrière d’actrice a franchi le pas de celle de productrice, inspirée sans doute par son mari Dimitri Rassam.

Elle a co-prodruit « Notre-Dame du Nil». D’après Voici, cette expérience n’a pas été concluante.

«Elle se voyait déjà productrice, un métier qu’elle découvre pourtant à peine », confiait une source.

«La jolie brune, pour qui généralement tout passe comme elle décide, est déstabilisée », a insisté la publication, rappelant que le thème traité est assez particulier. Il s’agit de la genèse de la guerre civile au Rwanda.