Avant son retour en principauté prévu avant la fête nationale, Charlène de Monaco se serait réfugiée dans un couvent de Mariannhill. Fragilisée par les ennuis de santé dont une infection en Zone ORL, la princesse aurait trouvé du réconfort dans la religion.

D’après « Closer UK », elle se serait isolée au monastère de Mariannhill, non loin de Durban, une congrégation des Missionnaires de Mariannhill qui a été fondée par le trappiste Franz Pfanner en Afrique du Sud en 1882. Charlène de Monaco n’a jamais caché être une personne très pieuse.

« Je suis une personne très pieuse et je suis reconnaissante à Dieu pour chaque jour qu’il me donne », expliquait la princesse, interrogée sur son rapport à la religion qui lui aurait permis de surmonter son éloignement de son mari et leurs enfants, Jacques et Gabriella.

«Le chapelet est devenu son compagnon permanent, les prières lui donnent de la force » de surmonter ses problèmes de santé.

En plus de ses ennuis liés à une affection ORL, Charlène de Monaco serait aux prises avec une addiction.

Cette dépendance est révélée par le magazine Voici, qui cite une source proche de la famille princière de Monaco.

« Si la dépendance de Charlène est totalement taboue sur le Rocher, tout le monde est pourtant au courant. », indique cet intime.