Charlène de Monaco refuserait de précipiter son départ d’Afrique du Sud, où elle serait toujours en convalescence. Et s’elle retarde son retour, c’est par crainte du barotraumatisme d’altitude.

Le magazine Gala en dit un peu plus sur ces risques.

Juste avant d’envoler en mars dernier en Afrique du Sud, la maman de Jacques et Gabriella a subi une « élévation sinusale et une greffe osseuse pour des implants dentaires, avec de sérieuses complications post-opérateurs », rappelle l’hebdomadaire, rappelant qu’il était impossible pour elle de quitter son lodge de la Thanda Private Game Reserve, dans la province du KwaZulu-Natal.
L’épouse du prince Albert de Monaco lors d’une prise de parole avec un média sud-africain.

A lire aussi  Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam sur « ile diserte », les objets qu’ils emporteront

« Les médecins m’ont interdit de prendre l’avion », et je ne peux pas forcer ma guérison », lâchait-elle.

Comme le précise Gala, elle risquerait un barotraumatisme en altitude.
D’après un site spécialiste, il s’agit d’une lésion tissulaire provoquée par « une variation de pression dans les compartiments de l’organisme ».

Cela « peut affecter l’oreille (causant des douleurs de l’oreille, une perte auditive, et/ou des symptômes vestibulaires) ou les sinus (causant des douleurs et une congestion) ».