Céline Dion fragilisée par la maladie, fin du superflu, ces grandes décisions prises

Même s’elle est fragilisée par la maladie, Céline Dion ne perd pas le nord et demeure le boss, qu’elle est depuis la mort de René Angélil, le père de ses enfants, qui était superprotecteur.

«Aujourd’hui, je me sens plus libre. René était superprotecteur, il m’entourait toujours des meilleurs. Je n’avais pas grand-chose à dire ou à faire. Le petit pot-au-feu état déjà préparé. Je n’avais pas besoin de dire : ‘mets un peu plus de carottes ou de sel, c’était déjà fait. Maintenant que ce soit pour le spectacle, le disque, les sacs à main ou les enfants à la maison, c’est moi le boss », a-t-elle expliqué sur le propos rapporté le magazine Paris Match, qui sa situation actuelle, quelques jours après l’annulation de sa série de concerts à Las Vegas.

Elle souffre de spasmes récurrents. La maman de trois enfants semble plus douée que son regretté mari, un joueur qui avait la folie des grandeurs.

La diva québécoise garde quant à elle les pieds sur terre, et aurait de l’ordre dans ses finances en cédant plusieurs « propriétés qui coûtent une fortune à entretenir ».

Elle a notamment vendu son manoir à Laval et son palais Jupiter à Las Vegas. Ses finances seraient assainies.

Alice Taglioni, séjour avec Laurent Delahousse gâché, un journaliste sème le trouble

Eric Zemmour et Sarah Knafo rattrapés par un gros mensonge, la présidentielle se complique