Ces dernières années les émissions de télé-réalité se sont multipliées, donnant ainsi naissance à des candidats qui sont devenus rapidement de vraies stars. En effet, le cas le plus frappant est celui de la vedette Nabilla, qui est devenue en peu de mois, une célébrité incontestée des réseaux sociaux.

En fait, les candidats deviennent même de grand influenceur sur Instagram et vendent leurs services à de grandes entreprises qui se battent pour qu’ils deviennent l’égérie de leur marque. En effet, les candidats de télé-réalité sont parfois suivis par des milliers voir des millions de fans pour certains.

Alors que pour la majorité, ils étaient carrément inconnus du grand public avant d’intégrer les émissions de télé-réalité, ils arrivent à toucher le jackpot après leur passage à la télévision. Une situation qui pousse la majorité des candidats qui réussissent à s’installer à Dubaï.

En effet, c’est le cas de Nabilla et Thomas Vergara, Caroline Receveur et Hugo Philip, Jessica Thivenin et Thibault Garcia, Julien et Manon Tanti, qui habitent désormais aux Émirats Arabes Unis, pour multiples raisons. La première est d’ordre fiscal ? On connait tous que la France est le pays où les riches payent le plus d’impôts.

Loading...

« Ce sont des personnalités connues dont les visages sont très familiers en France. Étant donné qu’ils partagent leur vie au quotidien à la télé ou sur les réseaux, les gens en France ont parfois du mal à établir des limites à respecter leur vie privée », a révélé une agence dont le siège se trouve à Dubaï qui gère la sécurité de ses nouvelles célébrités.

Avant de rajouter : « À Dubaï, personne ne sait qui ils sont donc ils se sentent plus en sécurité. Ce n’est qu’à quelques heures d’avion de leurs familles en France et le décalage horaire n’est pas si important, seulement 2 ou 3 heures, c’est idéal ».

« Il y a certes une fiscalité plus avantageuse étant donné qu’il n’y a pas de taxes, mais je ne pense pas qu’il s’agisse de cela. Il faut avant tout savoir que détenir un passeport occidental, permet d’obtenir beaucoup d’avantages à Dubaï », a déclaré Amélie Le Renard, sociologue.

Avant de poursuivre : « Tout d’abord, les visas sont attribués en fonction de la nationalité. Pour les occidentaux, il est autorisé de rester jusqu’à trois mois à Dubaï, même sans y travailler et sans avoir de visa à payer. Pour certaines nationalités, un visa payant est obligatoire dès leur entrée sur le territoire.

Ensuite, il existe des ‘zones franches’ un peu partout dans la ville, même dans le quartier des affaires, où des entreprises peuvent s’installer et où le règlement et la fiscalité sont bien plus avantageux que nulle part ailleurs à Dubaï »

Et d’ajouter : « Ensuite il y a également le coût de la main d’œuvre, qui est insignifiant. Étant donné que l’entreprise ne doit pas payer de taxe pour ses salariés, cela lui revient beaucoup moins cher ».

<