Le magazine Closer a fait un bref rappel sur les premiers jours d’arriver de Charlène de Monaco dans le clan princier. En effet, dans ses colonnes, il souligne que la princesse n’a pas bénéficié d’un accueil affectueux.

En effet, Caroline de Monaco, avait en charge cet accueil cinglant. Cela n’a cependant pas abattue la nageuse professionnelle qui s’est engagée. À ce jour Charlène et le prince Albert II de Monaco a fait plus de huit ans d’union conjugale. Cependant au cours de ses premiers jours dans la royauté, la princesse avait essuyé de critiques énormes.

En réalité, ces critiques ne venaient pas juste de l’extérieur. Ils ont commencé à l’intérieur même du palais, et par Caroline de Monaco. D’après les témoignages de la princesse Charlène à une proche, sa belle-sœur lui fusillait souvent des « regards glaçants » visant à l’abattre. Avec 20 ans de moins que son mari, plusieurs la croyaient incapable d’assumer les responsabilités qui sont actuellement les siennes.

D’un côté, la différence d’âge dans le couple lui a coûté des critiques, mais également les ennuis de la princesse à parler français. Alors, pour se sectionner, elle a pris des cours. Déçue, Charlène de Monaco a quasiment abandonné son mariage. « Monaco est un village peuplé de requins et de vipères », confirmait-elle. D’après une source anonyme, à trois jours de son mariage, la jeune sportive était sur le point de tout renoncer.

Elle s’est enfin engagée après qu’on l’ait « convaincue de rester à coup de promesses et de démentis ». Caroline de Monaco accepte le fait d’avoir incarné le rôle de la « méchante » dans le mariage de son cadet. Cependant pour elle, cela était important, comme elle le confirmait dans l’ouvrage titré Albert II de Monaco, l’homme et le prince.

Par ailleurs, elle confirme aussi que presque tout le monde s’était trouvé un rôle à jouer dans le mariage du prince Albert II. En fait, dans le même livre, l’aînée des Grimaldi révélait que le couple était souvent perdu « dans ces turbulences, tant ils désiraient ne froisser personne ». «

Avec Charlène, nous en rions beaucoup », a-t-elle déclaré pour apaiser qu’il n’y aurait plus l’ombre d’une dispute entre elles.

Toutefois, Charlène de Monaco a soigné sa personnalité pour être respectée. En effet, Paris Match dans son édition du 27 août dernier précisait qu’« elle se méfie de tout le monde, y compris de ceux qui lui ont pourtant voué un soutien indéfectible et coupe les ponts sans se retourner ».

Mais, son nouveau caractère est encore plus critiqué. Plusieurs la trouvent « froide, mutique, triste, pas à sa place… ».