L’ex mannequin, Carla Bruni est présentement en pleine promotion de son nouvel album qui sortir le 9 octobre 2021.En effet, c’est une opportunité pour elle de parler de ses peurs, de ses joies et des épreuves difficiles dont elle a fait face ces derniers temps. S’il évoque l’indépendance de son fils aîné qui l’anéantie, elle aborde aussi une séparation de plusieurs jours avec l’ex président de la république, Nicolas Sarkozy.

Les tourtereaux se sont mariés en 2008, juste quelques semaines après leur rencontre. Les deux amants avaient eu un vrai béguin l’un pour l’autre et sortaient tous les deux de relations compliquées. Et très vite après leur union, l’ex mannequin va donner naissance à Giulia, leur petite fille. Tandis que l’on croyait qu’ils filaient le parfait amour, une séparation de plusieurs jours a eu lieu entre les deux amants et a fermement blessé Carla Bruni …

« Mon pauvre mari se tape chaque étape de mes chansons, il est le premier à les entendre », a expliqué la jolie brune, durant une interview accordée à nos confrères de Madame Figaro, parlant d’un séjour de plusieurs jours de son mari pour raison professionnelle qu’elle aurait très mal aperçu.

Et d’ajouter : « Plus besoin d’être déchirée pour écrire la déchirure. Un rien me suffit. Une très courte séparation, mon mari n’était parti qu’une semaine. Est-ce parce que je suis de plus en plus sensible, est-ce là mon goût du romanesque ou mon goût italien du drame ?

J’ai écrit comme s’il était parti depuis des mois ! ».

En effet, au retour de l’ex chef de l’Etat, Carla Bruni fait écouter son œuvre à son mari, qui lui a répondu : « On dirait que je suis mort dans cette chanson. Mais tu dramatises, je t’ai appelée quatre fois par jour ! ». D’ailleurs, l’ex reine des podiums ne manque jamais des louanges à son sujet. « Les gens disent de lui : ‘Il n’est pas du tout triste, il a tant d’énergie’ », a-t-elle expliqué.

Et d’ajouter : « Je crois, moi, que les personnes qui vivent dans cette espèce d’énergie comme lui, dans cette espèce d’incandescence, toujours en action, toujours dans un mouvement, ne peuvent pas s’arrêter et s’approcher de leur tristesse en fait, car elle leur serait fatale».

En effet, elle a aussi essayé de mettre ce sentiment dans l’un de ses chants. « On ne les imagine jamais dans leur tristesse, dans la mélancolie ou la nostalgie. On ne les voit jamais se pencher ou s’apitoyer sur eux-mêmes et, au contraire, on dirait qu’ils transforment toutes les tristesses en une envolée. C’est ainsi que j’ai écrit Le Garçon triste pour lui. C’est ce que je sens et ce que j’aime chez lui. Il est le contraire de ce qu’il semble être », a-t-elle livré.