Brigitte Macron reconnait être dotée d’un sale caractère et n’a d’ailleurs pas hésité à recadrer quelques employés de l’Élysée. Elle a sorti les griffes.

« Dans leur vie quotidienne, les Macron ont reconstitué un «cocon»,
dont ils ont interdit l’accès », rapporte « M », le magazine du Monde, qui reprend les confidences de la première dame.

«On veut la paix, dit l’épouse d’Emmanuel Macron, qui a érigé une muraille presque infranchissable sur sa vie intime. C’est la clé du bonheur.
Il est presque impossible de joindre le Président de la République lorsqu’il est avec son épouse.

L’extinction des feux, c’est vers 22h30.

« Il y a toujours une raison qui l’empêche d’éteindre, explique Brigitte Macron. Rien n’est jamais fini. Alexis Kohler [le secrétaire général de l’Élysée] et lui ne délèguent rien, il n’y a pas une décision qu’ils ne regardent pas.».

L’été, durant leur séjour au fort de Brégançon (Var), la résidence seconde de la présidence de la République, elle se montre implacable face à des amis ou des supposés amis annonçant leur arrivée.
Brigitte Macron reconnaît qu’elle a un «sale caractère» et qu’elle sait se mettre en colère.
«Je n’attaque jamais, je ne donne pas la première baffe, mais je suis capable de la rendre».

Et de préciser : « Il lui arrive de réprimander des membres du personnel parce que la climatisation n’a pas été branchée et que les invités dégoulinent, ou que les chaises n’ont pas été installées «alors qu’il y a des personnes âgées ».

« Quand je ne suis pas contente, je le dis», assure celle pour qui «l’incertitude est source d’angoisse ».