Déjà en campagne pour la réélection de son mari, Brigitte Macron devrait être mesure de supporter certaines allégations. D’où, elle se préparerait déjà affronter le pire qui pourrait sortir du monde virtuel. Et ça aurait déjà commencé.

En effet, la première dame est suspectée d’avoir été surprise dans une position délicate, lors des célébrations du 14 juillet, en ne respectant pas les gestes barrières, frein sanitaire contre démons virus, loin d’avoir été enrayé.

Sur une photo postée sur Twitter par Barbara Mazières, conseillère régionale Rassemblent National, le parti de Marine Le Pen, on la voit en train d’embrasser Line Renaud, un soutien du couple présidentiel.

Seulement comme l’a indiqué un cybernaute, la photographie date du 14 juillet 2017.

Par contre, le tweet a été en fin de compte retiré, mais a eu le temps d’être repartagé sur la toile.

Alors, en confidence avec France 2, Brigitte Macron revient sur sa volonté d’être un modèle. Ces rumeurs colportées par les adversaires politiques de son mari la mettraient dans l’embarras.

« J’essaie de faire au mieux, que je fais de mon mieux et que je les aime », a-t-elle souligné, en évoquant le cas des Français. Elle a aussi abordé les allégations sur sa personne sur les réseaux sociaux.

En effet,, elle les regarde très peu et n’est pas très à l’aise.

« Je ne suis pas à l’aise quand je ne peux pas répondre. C’est-à-dire que je ne suis pas à l’aise avec l’anonymat, avec les gens qui n’ont pas de visage », a-t-elle signifié.