Ciblée par une campagne honteuse, Amanda Sthers, l’ex-femme de Patrick Bruel, rétorque pour une polémique qui pourrait augmenter. En effet, c’est une accusation de type raciste qui lui est jeter au nez à cause de son livre, « lili lampion », paru il y a dix ans.

En effet, après Patrick Bruel supposé avoir été ciblé par une machination l’an dernier d’après le magazine Oops qui a fait un retour sur les accusations de harcèlement, c’est maintenant au tour de la maman de ses enfants d’être « taxée » de racisme par un compte Instagram anonyme, qui a retranché trois phrases pour confirmer son livre raciste.

« Des centaines de gens m’insultent ! l La presse qui par chance a été unanime au moment de la parution de Lili lampion aurait peut-être réagi si cela était avéré ? », a-t-elle précisé.

Et elle en profite pour reparler la genèse de son livre.

« En 2007, j’ai fait croire à mes fils que j’avais trouvé dans le métro le journal intime d’une petite fille, qui leur permettait de poser indirectement des questions sur le divorce. Un ami de mon fils Oscar a eu une leucémie.

Alors, le petit frère de Lili lampion est tombé malade, j’ai tenté d’expliquer le combat, l’injustice, la mort », a-t-elle précisé.

« Toutes les questions de mes enfants s’exprimaient dans ce carnet », indique-t-elle sur ce réseau social.

Alors, un jour, à la sortie d’une boulangerie, son fils Léon a « donné une baguette à des réfugiés sur le trottoir et il m’a demandé pourquoi nous les voyions alors qu’ils semblaient « invisibles ». Pour les autres… Comme lili lampion et son petit frère étaient à NY j’ai choisi de parler d’une minorité silencieuse de l’immigration américaine à travers une métaphore : deux chinois miniatures invisibles sauf pour ceux qui ont le cœur pur’.